AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 the warm wind remembers you back then / mace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: the warm wind remembers you back then / mace   Ven 24 Juin - 22:31



you shined on me like a light
woke me up from darkness.

Un dimanche comme les autres, une fin de semaine où il était enfin possible pour Brysen de respirer un coup. Il faut dire qu'après son affaire avec son ancien agent, traumatisé par cette expérience, il avait décidé s'auto gérer, de se lancer dans une carrière qu'il serait en mesure de contrôler. Mais voilà, agent ou non, son train de vie était devenu de plus en plus difficile et il ne pouvait pas réellement se plaindre puisque cela était sa décision. On le disait tellement prometteur, la prochaine célébrité du tennis, un potentiel à exploiter ; du coup, lorsqu'il avait annoncé l'arrêt de sa brève carrière en tant que joueur professionnel, les médias en avaient fait tout un raffut et la question du pourquoi était collée à toutes les lèvres. Les fans du sport ne comprenaient pas, les professionnels se demandaient ce qu'il lui était passé par la tête et même ses proches ignoraient la raison de cette rupture entre sa carrière et lui. Mais voilà, Brysen ne regrettait pas réellement. C'est vrai ça que ça lui manquait, le tennis avait été toute sa vie et maintenant, il n'arrivait plus à tenir une raquette sans avoir une boule au ventre. Peut-être qu'il reviendrait un jour mais pour l'instant, son coeur n'y était plus. Son coeur était ailleurs tout comme son esprit actuellement. Brysen fixait son téléphone depuis des heures, son doigt hésitait à appuyer sur ce bouton vert d'appel. Il n'avait jamais supprimé son numéro, il n'avait jamais voulu le faire. Il ne savait pas combien de fois, sobre ou non, il avait été sur le point de l'appeler et de ... de quoi ? Le problème était là, le jeune homme ignorait ce qu'il allait faire une fois face à elle. Elle. Mace.  C'était enfantin, il ne comprenait pas pourquoi ça lui arrivait, mais voilà il faisait partie de ces personnes qui s'éprenaient d'une personne et que même à l'usure du temps, ni le  souvenirs et ni les sentiments changeaient. Cependant, si il avait des souvenirs de son sourire, il avait celui du regard qu'elle lui avait adressé il y a quelques jours quand, accidentellement, leurs chemins s'étaient croisés après si longtemps. Mais sincèrement, il n'était pas en position de faire un commentaire à ce sujet ; il fallait dire que ce qu'il avait fait n'était pas excusable et pire encore, il ne savait pas pourquoi il avait agi ainsi. Poussant un long soupire, Brysen verrouilla son téléphone et se leva se préparer, c'était peine perdue, elle n'allait pas lui reparler de si tôt, il le savait. Il n'avai plus envie de rester entre les quatre murs de son appartement, il avait besoin de sortir, de souffler. Brysen avait des passes-temps simples et des petits plaisirs à lui ; il ne le montrait pas toujours mais celui-ci était un grand amoureux de la musique. Ainsi, il se rendait souvent, incognito, à son magasin de disques préféré, West Rough Trades. Il aimait le côté rustique des lieux, le plaisir d'écouter de la musique qui ne venait pas forcément de son téléphone. Le propriétaire des lieux le connaissait assez bien, Brysen lui avait déjà acheté plusieurs vinyles et disques, il n'était d'ailleurs jamais étonné de voir le jeunot traîner dans les parages. Tandis qu'il guettait les premiers rayons de la boutique, une voix familière le fit bondir d'un coup. Balayant le magasin d'un coup de regard, il aperçut dans le fond un profile qu'il ne s'attendait pas à voir de si tôt.
Elle était là; un casque aux oreilles, souriant à ce vendeur qui semblait lui faire du charme ou enfin, 'donner des conseils musicaux' comme ils aiment si bien le dire. Brysen fronça des sourcils, il était surpris et confus en même temps, qu'allait-il faire?  Il avança d'un pas mais recula aussitôt, faisant même demi-tour, prêt à passer la porte. Mais non, on lui avait donné la possibilité de la revoir, il ne pouvait pas laisser passer cette chance. Prenant un vieux vinyle au hasard, il s'en servit pour se cacher tout en s'approchant, tendant l'oreille sur la conversation entre Mace et ce trop-jeune-pour-elle de vendeur ; rires et flirt, voilà ce qu'il se passait. Dos à lui, la demoiselle ne pouvait malheureusement pas le voir. Cependant le vendeur, lui, le pouvait. - Je peux vous aider? pris au dépourvu, son cerveau criait '!!! abort mission !!!' et alors qu'il tendait de fuir, sa main glissa sur une pile de disques qu'il fit tomber tout comme son vinyle protecteur. En même temps qu'il s'empressait de ramasser ce bordel non voulu, la Teller se retournait, avec un air clairement mécontent. Lorsqu'il se releva et déposa les disques, il tenta de rattraper le coup. - Ah, bah tiens, Mace, je ne t'avais pas vue, ça fait longtemps !  le vendeur, lui, qui avait vu toute la scène du stalking lui lança un regard de jugement auquel Brysen répondit avec, lui-même, un air de mépris. Il lui lancerait bien des vinyles à la tête, à celui-là.


Dernière édition par Brysen Shin le Sam 25 Juin - 1:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mace Teller

avatar

Messages : 100
Avatar + © : sowon. - milkovich (avatar). - tumblr (sign).
Pseudo : l'oisillon bleu.
Age : twenty-three yo.
Activité : musician (lyricist) and youtuber time it always takes.

FUCK LOVE, GIVE ME DIAMONDS.
Compte en banque:
Connections:
Disponibilité: open (binky, brysen, gansey)

MessageSujet: Re: the warm wind remembers you back then / mace   Sam 25 Juin - 0:05


Les rires des gamins s'élèvent dans la cour qui entoure le studio enregistrement. En ce dimanche matin, le bâtiment rayonne d'un silence commun à un jour de repos, autant dire quasiment désert. Seul la pièce du première étage est occupée. Il n'y a que toi pour te rendre a un endroit pareil le dernier jour de la semaine. Ces derniers temps les esquisses de paroles et les mélodies tourbillonnaient dans ton esprit de manière redondante. Tu ne pouvais pas les laisser te glisser en les mains et cela donnait bien souvent de la suite dans tes idées. Concevoir un prochain album était pendu sur toutes les lèvres de tes proches et encore de ceux qui avaient tendance à te suivre sur les réseaux sociaux. Un projet en cours de réflexion mais qui vibre sous les apparences. Annoncer cette perspective devait avant tout se baser sur du concret, à tes yeux cela était important. Tes doigts s’attellent à recommencer encore l'air du refrain afin de les ajuster aux paroles qui trottinent en boucle dans ta mémoire. Installé sur un tabouret non loin, ton meilleur s'accorde à t'accompagner à la guitare tentant une approche différente afin de solliciter ton esprit créatif. Une attitude fort encourageante qui éloigne sans mal le manque d'assurance qui demeure visible dans l'expression de tes traits. D'abord une voix murmurée puis tout doucement s'exprime la douceur de la voix d'une artiste généreuse et sincère qui a déjà accompli beaucoup. Les paroles débitent donnant enfin une forme entraînante et vibrante d'un énième morceau en cours d'écriture. Tu fermes les yeux laissant les mots se reflétaient au gré de tes maux intérieurs que tu ne cesses de refouler depuis bien longtemps. Des souvenirs qui te renvoie à l'image de son visage joueur et souriant, des gestes protecteurs et le début d'un tout qui n'était en réalité que des mensonges. Une simple histoire d'une nuit sans lendemain. Le silence s'impose de lui-même. Trop absorber tu n'avais guère remarquer qu'Alec avait cessé de jouer. Sa moue quelque peu inquisitrice ne laisse aucunement place à la curiosité. Il devine aisément que cela à avoir avec un certain sujet mais surtout une certaine personne. Peu de personnes avait connaissance du récit de cette fameuse situation ou encore de la vérité la plus brute. Elle était douloureuse, cendres des rancunes colériques. Néanmoins, tu n'avais jamais rien caché à ton comparse de toujours alors pourquoi commencer avec cette histoire ? Tu ne lui avais raconté qu'une seule et unique fois, lui faisant jurer au passage ce que cela serait la seule fois. Il n'y en aurait pas d'autre. Il avait accepté et depuis tenait parole comme toujours. Il s'appuie légèrement sur sa guitare, te considérant d'un sourire entendu. « On devrait faire une pause pour aujourd'hui, hm ? ». Tu hoches la tête avant de lui rendre son sourire et de te lever pour récupérer ton sac à dos. Il arque un sourcil en te voyant enfiler tes rollers. Il ricane de plus belle et c'est sur cette rime positive que tu quittes la tour de l'antenne d'enregistrement. Le casque sur les oreilles, la musique rythme à nouveau la cadence et la vitesse que tu empruntes. Si les petites ruelles n'abritent pas un chat, la rue principale gronde de monde Tu slalomes entre les badauds avec une certaine aisance, non sans attirer l'attention malgré toi. Tu appréciais ce moyen de transport à la fois économique et sportif, une autre manière de canaliser ce trop plein de dynamisme que ton frère avait parfois bien du mal à suivre. Tu ricanes amusé lorsque tu te souviens que Gansey était désireux se trouver un vinyle en particulier. Un détour sur la gauche et voilà juste devant l'entrée du disquaire que tu as fréquenté une bonne partie de ton adolescence. Où sont donc passés ses après-midi du samedi à écumer les rayons de ce magasins ? Tu retires tes rollers et les ranges dans ton sac puis enfile tes converses blanches. Toujours le casque sur les oreilles, tu entres à l'intérieur du commerce. Rapidement, ton entrée attire l'attention d'un jeune vendeur guère plus âgés que toi.  Il a le contact et la parole facile. Il reconnaît rapidement ton identité tout en ayant la finesse de ne pas aller trop loin. Et tu dois dire que tu apprécies. Au moment où tu exprimes un rire spontané, l'attention du blondinet s'attarde sur la personne en face de lui. « Je peux vous aider ? ». Silence puis une pile de disques s'éparpillent sur le sol. Focus. Impossible de ne pas remarquer ce visage à l'origine de temps de chose, même si avant toute de chose il était placardé sur bon nombre de mur et de pub. Le froncement de sourcils en dit long sur ton expression agacée. « Ah, bah tiens, Mace, je ne t'avais pas vue, ça fait longtemps ! ». L'ironie de ses mots est d'un mauvais goût qui ne fait qu'accentué ta colère. Tu secoues la tête en voyant que ses yeux lancent des éclairs au vendeur. Puéril petit bonhomme ! « Logique la dernière fois, tu t'es sauvé comme un voleur. Seulement cette fois t'es loin d'être aussi discret Shin. ». Jures-tu entre tes dents bien que tes dires soient narquois. Tu augmentes le volume de ton ipod et sort du magasin afin de reprendre ton chemin. La poudre d'escampette c'était le rayon de Brysen après tout.

_________________
"i want to hold her, i want to kiss her, she smell of daisies. hey my lover my lady river gonna hold you, gonna kiss you in my arms. gonna take her for a ride on a big jet plane."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: the warm wind remembers you back then / mace   Sam 25 Juin - 2:01



- Logique la dernière fois, tu t'es sauvé comme un voleur. Seulement cette fois t'es loin d'être aussi discret Shin.  Elle était en colère et avait tous les droits de l'être. Il savait qu'il avait fait une erreur, une erreur de taille même. Il ne savait pas pourquoi, le lendemain de cette merveilleuse nuit, il s'était faufilé comme un lâche. Il se souvenait s'être réveillé, de l'avoir vue dormir paisiblement dans son étreinte, de leur discussion et fous rires, le problème n'avait jamais été leur entente, loin de là. Le problème, il était en Brysen et sa peur de ne pas être capable. De ne pas être capable de rendre heureuse une autre personne, la peur de décevoir. Malheureusement, il était aussi particulièrement fier et refusait d'admettre cette faiblesse. Et lorsqu'il voyait Mace, ce mélange de sentiments lui revenait toujours au visage. Mais il n'y avait rien d'autre à faire, il ne l'avait jamais oubliée et se demandait à présent comme il allait parvenir à réparer ce qu'il avait brisé. Sur ces paroles pleines de ressentiment, la demoiselle décida de partir sans attendre, montrant son désir de ne pas continuer sa conversation avec le jeune homme. Cependant, lui, suivant comme à sa grande habitude son coeur, était bien décidé à ne pas laisser cette relation au point mort. Mace avait déjà passé la porte quand Brysen se décida à la suivre, tendant les derniers disques à terre à ce foutu vendeur et quittant lui aussi la boutique. Lorsqu'il fut enfin dehors, il regarda à droite puis à gauche pour finalement voir la silhouette de celle-ci au bout de la rue. Il décida alors de lui courir après; jusqu'à finalement arriver devant elle. - Mace! je sais que tu m'en veux mais hm, on peut quand même discuter non? demanda-t-il en reprenant son souffle. En réalité, ses mots devraient être des paroles d'excuse mais le pauvre garçon était bien trop fier et borné pour énoncer ces quelques propos. Il savait qu'il lui devait des explications mais comment justifier quelque chose qu'il ne parvenait pas à comprendre lui-même ? il ne se voyait pas lui dire qu'il était juste parti sans rien dire parce que 'il avait paniqué'? non, ce n'était pas si simple. - Ce n'est pas ce que tu crois, je... je... enfin, tu vois, je... rien, rien de sensé n'arrivait à sortir de lui et il pouvait voir dans le regard de Mace qu'elle commençait à regretter s'être arrêtée pour perdre son temps. D'un côté, il se disait aussi que c'était bon signe (non?) qu'elle réagisse de cette manière, ça voulait dire qu'une part d'elle tenait réellement au jeune homme et que cela signifiait que ce n'était pas peine perdue. - Je... ça ne se reproduira plus ! Mouais, peu convaincant. Ce n'était guère avec cette simple promesse qu'elle allait revenir à lui, elle n'était pas de ce genre là. Elle avait été blessé et il le savait, il savait qu'elle ne lui pardonnerait pas tant qu'il ne lui aurait pas donné une réponse concrète. Après tout, tout allait si bien et il avait tout fait partir en miettes, elle avait surement du se sentir humiliée et Brysen se détestait pour ça. Il se demandait alors aussi si ce départ soudain n'avait pas été causé par sa peur que la relation ne marche pas en vue de sa carrière. Après tout, à ce moment-là, il était au sommet de sa gloire et les journalistes se ruaient sur le moindre détail de sa vie privée pour l'intimider. Il se souvenait avoir pensé qu'il ne désirait pas que Mace soit la victime des sordides tabloïds, elle ne méritait pas ça. Alors qu'il se tenait devant elle, il avait l'impression qu'une distance infinie se trouvait entre eux, il se sentit tellement coupable car il savait que cette brèche entre eux ; c'est lui qui l'avait causée. Il n'y avait pas d'autre fille qui l'intéressait et il était bien déterminé à rétablir l'ordre des choses, bien que cela semblait être une très longue route à marcher. 
Revenir en haut Aller en bas
Mace Teller

avatar

Messages : 100
Avatar + © : sowon. - milkovich (avatar). - tumblr (sign).
Pseudo : l'oisillon bleu.
Age : twenty-three yo.
Activité : musician (lyricist) and youtuber time it always takes.

FUCK LOVE, GIVE ME DIAMONDS.
Compte en banque:
Connections:
Disponibilité: open (binky, brysen, gansey)

MessageSujet: Re: the warm wind remembers you back then / mace   Sam 25 Juin - 11:30


L'idée principale avait été de faire une pause. Voilà qui était bien risible. La fureur qui t'anime ne fait que redoubler à force que tu ressasses les bribes de votre dernière échange. A l'époque les choses étaient différentes. Les gestes, les regards et les attentions témoignaient en faveur d'une relation qui ne demandait qu'à grandir, à évoluer de manière à s'épanouir comme l'écriture d'une composition. Ton erreur avait été de croire à cette possibilité. Ton erreur avait été de lui faire confiance trop vite, ton erreur avait brisé ton cœur. Le son de la musique poussée au maximum, tu ne peux t'empêcher d’accélérer le pas au même rythme que le tempo dynamique du morceau que tu écoutes. Mettre à maximum de distance entre vous deux cela semblait impossible, peine perdu ces derniers temps. Après deux années de silence, tu pensais ne jamais le  rencontrer à nouveau mais après tout comme le disait si bien ton grand-père : il n'y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas. A cette pensée, tu lèves les yeux au ciel constatant une fois de plus que les bons vieux proverbes ont encore une part de vérité aujourd'hui. Au moment même où tu t'apprêtes à traverser le passage piéton, tu manques de percuter Brysen. Tes sourcils se froncent une énième fois mettant en avant ton agacement qui viendrait limite à bout de ta patience. « Mace! je sais que tu m'en veux mais hm, on peut quand même discuter non? ». Tu enlèves ton casque l'ajustant autour de ton cou. De ses propos, tu n'en retiens que les dernières mots. Il comptait vraiment entamer cette discussion qui n'avait aucun sens ? Cette conversation aurait du avoir lieu il y a deux années, pas avec deux ans de retard. Cette nuit là avait été toute en profondeur et en sincérité. Tu n'avais pas pensée une seule seconde qu'elle se terminerait sur son départ précipité et surtout sans nouvelles. Tu avais tenté de le contacter une première fois sur ton téléphone, il n'avait pas daigné répondre. Une seconde fois, tu avais réitérer ton appel laissant un message sur sa boite vocale. La troisième fois, tu étais allée le trouver sur son lieu d’entraînement mais un des membres de son équipe de préparation avait prétendu qu'il n'était pas en ville. Il n'y a pas eu de quatrième fois ni de cinquième. Les choses étaient limpide comme de l'eau de roche, tu étais l'amusement d'une soirée détente, une histoire sans lendemain. Autant dire clairement que l'esprit romanesque que tu n'avais jamais exprimé ouvertement en avait pris un sacré coup, mais tu avais appris. Dès lors, la gent masculine mordait la poussière à ton contact. « On a rien à se dire. ». Ta voix est catégorique et ne laisse pas de place à une étendue possible de conversation. Après tout, qu'est-ce que vous pourriez bien vous dire ? Cette situation est ridicule. « Ce n'est pas ce que tu crois, je... je... enfin, tu vois, je... ». Sa réplique semble se perdre dans l'écho de bégaiement comme s'il cherchait les mots justes pour retenir ton attention, tenter de te convaincre. A force de l'observer tu prends mesure de l'exactitude de ta pensée, ce n'est pas son souffle court qui l'empêche de donner de la cohérence à ses mots, c'est lui. « Non, je ne vois pas du tout et j'ai pas envie de voir. Ce n'est pas à moi … bon sang ! ». Tu jures entre tes dents lorsque tu remarques les regards indiscrets de quelques personnes qui vous observent. Tout pouvait aller très vite et c'était vraiment pas le moment de se retrouver avec la curiosité d'autrui et des rumeurs qui courent en long et en large sur la toile. Non vraiment pas ! Tu saisis son poignet pour le tirer à ta suite dans une ruelle adjacente et moins fréquenté en cette heure de la journée. « T'es vraiment pas discret, c'est fou ! ». Ta réplique sonne comme un reproche tandis que tu resserres le bandana accroché au sommet de ta tête. « Je... ça ne se reproduira plus ! ». Tu le considères d'un rire moqueur avant de répondre. « De quoi ? Me retrouver dans tes bras, ça tu peux y compter ça ne se reproduira pas ! ». La colère est une émotion vivace dans tes paroles, témoin d'une rancune qui bouillonne depuis trop longtemps. Elle parle et dépasse même les limites que t'est fixé. Ne jamais plus lui parlé, mais il s'entête. Pourquoi ? Pourquoi faisait-il cela et surtout dans quel but ? Le fumée délicieux des gourmandises sucrées viennent chatouiller tes narines, attirant ton attention. Tu recules légèrement pour regarder l'enseigne du salon de thé dont les spécialités sont les pâtisseries et confiseries  françaises. Tu esquisses un sourire franc, la gourmande est un pêché qui ne attendre Teller ! Tu pousses les portes du salon de thé et entre à l'intérieur. Tu n'as pas oublié Brysen qui était juste au dehors. On ne peut pas oublier la personne qui a ravit votre cœur et qui l'a déchirer en un jour.

_________________
"i want to hold her, i want to kiss her, she smell of daisies. hey my lover my lady river gonna hold you, gonna kiss you in my arms. gonna take her for a ride on a big jet plane."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: the warm wind remembers you back then / mace   

Revenir en haut Aller en bas
 
the warm wind remembers you back then / mace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au gré du vent
» blues play back en G
» BOBBY LOLLAR – THE “BAD BAD BOY” IS BACK GOOD
» wind and dust: nouveau EP 4 titres REBIRTH
» Songs And Stories-New-York Remembers Rory Gallagher (2002)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I'M SO WEST COAST :: ( ALL I SEE IS DOLLARS SIGNS ) :: THIS IS SO LAST YEAR :: RP-
Sauter vers: