AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 are we just strangers in the dark ? / ft. Klaas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: are we just strangers in the dark ? / ft. Klaas   Dim 26 Juin - 21:54

Des parties de cette nuit gisent encore dans l'obscurité. Mads peinait à se rappeler des détails, des circonstances, des mots échangés. Il savait ce qu'il s'était passé entre lui et Klaas, mais ce n'était que le gros titre. Il voulait savoir plus. Il voulait savoir pourquoi, si jamais il y avait une raison autre que l'alcool. Il voulait comprendre. Depuis cette nuit-là, il ne pensait qu'à Klaas. À la façon dont il l'avait regardé avant de partir, des larmes perlant dans le coin de ses yeux. Il ressentait encore la chaleur de son poignet dans sa main lorsqu'il l'avait attrapé pour le retenir. Il ne pensait qu'à son meilleur ami, quittant la villa sans se retourner. Mads était devenu fou, encore plus lorsque ses appels et ses messages ne recevaient aucune réponse. Il avait eu peur, comme maintenant, que Klaas  le haïsse. Il s'était senti complètement perdu, troublé, sa vision aussi trouble que ses pensées. Il avait eu peur, comme maintenant, que Klaas  le haïsse. Il soupira, ferma les yeux et frappa légèrement son front de son poing, espérant pouvoir tout oublier de cette façon. Il aspira longuement sur sa cigarette, emprisonnant la fumée dans ses poumons afin d'en ressentir tous les effets. Il expira, recrachant un nuage de fumée devant lui. Il s'était réfugié sur le toit de l'hôpital pour fumer sa cigarette et s'aérer l'esprit. Il attrapa son portable, fronçant les sourcils. Aucun message de Klaas. Aucun appel non plus. Il soupira à nouveau : il n'y avait plus qu'une chose à faire. Un acte désemparé. < Je suis chez moi. Passe. Il faut qu'on parle. > Un mensonge. La première partie d'un stratagème qui se devait de fonctionner. Il jeta le mégot de sa cigarette sur le toit et se dirigea à l'intérieur, jusqu'au service de traumato. Il se dirigea vers l'accueil et se pencha vers Jackie. « Est-ce que vous pouvez appeler ce numéro ? » dit-il en attrapant un stylo derrière le comptoir et en inscrivant le numéro de Klaas sur un post-it. « C'est le numéro de l'officier Sprenger, Klaas Sprenger. Appelez-le, dîtes-lui que Rafael Conti a laissé des affaires derrière lui et que quelqu'un devrait venir les chercher ... ». Son plan lui semblait complètement idiot. Il détestait ce qu'il était en train de faire. « S'il pose des questions, dîtes-lui simplement que vous n'arrivez pas à joindre Conti et que vous êtes tombé sur son numéro, ne me mentionnez pas. S'il demande après moi, je ne suis pas là. Vous pouvez faire ça pour moi ? » Il remarqua l'air amusé de Jackie, qui acquiesça sans poser de questions, attrapant le numéro de téléphone que Mads venait d'inscrire. Mads ne voulait pas écouter la conversation. « Je serai dans mon bureau, prévenez-moi s'il arrive et faîtes le attendre dans une des chambres vides » murmura-t-il en reculant, avant de se retourner et de se diriger vers son bureau. C'était sa seule solution avant d'en arriver à des moyens plus radicales.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: are we just strangers in the dark ? / ft. Klaas   Dim 26 Juin - 23:42

Il ne se passait pas une seule seconde sans que Klaas repense à cette nuit où il avait mis l'avenir de son couple en péril. Nicolas s'en voulait d'avoir dérapé, lui qui pour une fois se pensait casé pour de bon. En effet, si par le passé il était plutôt volage et enchaînait les conquêtes, depuis qu'il avait rencontré Rafael, c'était un autre homme. Raf avait débarqué dans sa vie et avait tout chamboulé. Klaas s'était rangé, avait arrêté de jouer avec les hommes comme il avait pu le faire. Rafael était une vraie perle et il en avait pleinement conscience. Alors, après l'avoir trompé avec son meilleur ami, il n'arrivait plus à se regarder dans une glace. Qu'est-ce qu'on dit déjà ? Chassez le naturel, il revient au galop ! Cela semblait se vérifier pour le beau brun à la barbe. Klaas n'arrêtait pas de se torturer l'esprit, se demandant comment cela avait pu arriver, Mads se disant hétérosexuel et s'apprêtant à épouser sa gonzesse, une certaine Abi. Puis, il se demandait comment après toutes ces années à se côtoyer, il n'avait pas remarqué l'attirance d'Hawley pour lui et inversement. Aujourd'hui, ils étaient tous les deux coupables d'avoir trompé leurs compagnons respectifs mais au fond, Klaas en voulait à Mads de ne pas l'avoir stoppé avant qu'il ne commette l'irréparable. D'accord, ils avaient beaucoup bu, mais ce n'était pas une excuse suffisante à son goût. Il ne cessait de ruminait, de ressasser cette soirée qui avait viré au cauchemar. Nicolas était rongé par la honte, pendant que l'amour de sa vie était entre la vie et la mort, il prenait son pied avec son ami. Il se dégoûtait, se donnait envie de vomir. Klaas ne voulait plus voir Mads, il lui semblait que c'était mieux ainsi. Il était à son bureau au commissariat en train de taper un dossier sur son ordinateur quand il entendit son téléphone sonner. Nicolas n'eut pas de mal à deviner quel était son expéditeur : Mads. Son écran d'accueil affichait son message : < Je suis chez moi. Passe. Il faut qu'on parle. > Le lieutenant soupira. Que croyait-il ?! Qu'il allait venir chez lui et qu'ils allaient se réconcilier autours d'une tasse de café ? Il se fourrait le doigt dans l’œil ! Comme ses dizaines d'autres SMS et ses nombreux appels précédents, celui-ci resta sans réponse. Klaas verrouilla son smartphone et continua la rédaction de son enquête comme si de rien n'était. Un quart d'heure plus tard, c'est un numéro inconnu qui l'appela. Le policier fronça les sourcils, méfiant. Finalement, il finit pas répondre. « Allô ? » « Allô, ici Healthbridge Memorial Hospital. Je vous appelle parce que vous êtes la personne à joindre dans le dossier de monsieur Conti et que j'aurais besoin que vous passiez récupérer ses affaires. » expliqua calmement la réceptionniste nommée Jackie. « Très bien. Puis-je les récupérer après mon service, à 18h ? » demanda l'officier. « Oui, bien sûr, pas de problème. A ce soir alors monsieur Sprenger. » « Oui, à ce soir. » Klaas raccrocha. Il ne savait pas que Rafael avait oublié ses effets personnels à l'hôpital. Peu importe, ne pouvant pas encore vraiment se déplacer, il le ferait. Le flic passa une bonne partie de son après-midi à faire de la paperasse, chose qu'il détestait. Alors, quand arriva 18h, ce fut la délivrance. Il quitta le poste de police et se rendit à l'hôpital. Il se présenta à l'accueil, à la fameuse Jackie et lui dit : « Je viens récupérer les affaires de Rafael Conti. » « Très bien, vous pouvez attendre en chambre 56, quelqu'un va venir vous les porter. C'est au deuxième étage, porte de droite. » indiqua la jeune femme. « Très bien, merci. » répondit Klaas avant de s’éclipser. Il se rendit à la chambre indiquée puis attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: are we just strangers in the dark ? / ft. Klaas   Mar 28 Juin - 19:47

Il était retourné dans son bureau, détestant chaque seconde des dernières minutes qui venaient de se dérouler. Le plan qu'il avait monté montrait à quel point il était désespéré, à quel point il avait besoin de parler avec Klaas. Parler de ce qu'il s'était passé, se mettre d'accord que l'alcool était le coupable, pas eux. Mads avait énormément bu ce soir-là – le mariage approchant à grand pas, il avait décidé de profiter de chaque moment de « liberté » qu'il pourrait trouver. C'était l'alcool, et un brin de provocation de son meilleur ami. Mads s'était laissé emporter et c'était là la seule explication à trouver. Mais il n'arrivait pas à effacer les moments d'intimité qu'il avait partagés avec Klaas de ses pensées. Son esprit était assiégé d'images qu'il préférerait oublier. Il se torturait et se torturerait aussi longtemps que Klaas l'éviterait. Il avait besoin de parler pour faire le vide en lui. Il avait besoin d'entendre Klaas admettre que c'était la pire erreur qu'ils avaient commis et qu'ils n'en reparleraient jamais. Il avait besoin d'être sûr qu'il n'était pas en train de perdre son meilleur ami, qui l'évitait depuis assez longtemps pour que Mads ait perdu le décompte des jours passés. Il avait besoin de Klaas, à ses côtés, pour le mariage, pour vivre jour après jour. Il avait tout simplement besoin de lui. Il n'arrivait pas à faire sortir tout ça de sa tête. Il ne cessait de ressasser, de penser, de prévoir, d'imaginer, de craindre, de redouter, d'avoir peur et cela le fatiguait. Couplé à la cadence de travail qu'il s'imposait pour être loin de sa fiancée et de sa maison – il avait même accepté de prendre deux gardes d'affilés –, Mads faisait peur à voir. Incapable de se concentrer sur quoi que ce soit, il sortit de son bureau et traversa le couloir pour se rendre dans le vestiaire du personnel. Il ouvrit le robinet d'un des lavabos de la pièce et fit couler l'eau dans ses mains, avant de se frotter le visage et d'essayer de remettre en place ses cheveux gras. Il frotta ses yeux avec ses doigts avant de se redresser et de regarder son reflet. Il soupira, plongea la main dans sa poche et tira une cigarette de son paquet. Il n'avait eu qu'une opération intéressante en deux jours, rien que des procédures sans importances qui ne lui avaient pas permis de mettre le pied dans le bloc, le seul endroit où il arrivait tant bien que mal à faire le vide en lui et autour de lui. Opérer a toujours été un exutoire pour lui, une échappatoire. C'était comme si les éléments, le monde s'était ligué contre lui. Il voulait en finir avec ce sentiment de culpabilité. Son beeper sonna. Mads s'empressa de l'attraper et de lire le message.
< K.SPRENGER CHAMBRE 56 >. Klaas avait mordu à l'hameçon. Mads se détestait davantage d'avoir mené son ami jusque dans ce minable piège. Il redoutait le moment où Klaas découvrirait le petit jeu de son meilleur ami. Mads se regarda une dernière fois dans le miroir, contempla ses cernes et ses yeux rouges, avant de sortir des vestiaires et de se diriger vers le deuxième étage. Il marcha bien plus vite qu'il ne l'aurait pensé et se retrouva devant la porte de la chambre 56 en un rien de temps. Il ne se laissa pas l'opportunité de penser à ce qui arriverait dans quelques instants.  Il ouvrit la porte énergiquement avant de la fermer derrière lui. Klaas était là, attendant patiemment que quelqu'un lui apporte les affaires de Conti. Il vit la surprise dans ses yeux. Il se demanda si Klaas avait remarqué la terreur dans les siens. « Nicolas, je suis désolé de t'avoir attiré ici de cette façon, mais je n'avais pas le choix » lâcha-t-il précipitamment. « Faut vraiment qu'on parle », finit-il, devant la porte, empêchant toute retraite de son ami. La seule façon de partir était de se débarrasser physiquement de lui, car Mads ne partirait pas de cette chambre avant d'avoir forcé Klaas à lui décrocher un mot, le premier depuis des jours et des jours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: are we just strangers in the dark ? / ft. Klaas   Mer 29 Juin - 17:05

Klaas faisait les quatre-cents pas dans la petite chambre et il se demanda s'ils n'avaient pas confié cette « mission » à un interne incompétent, tout juste capable d'apporter les effets personnels à la bonne chambre tant il lui parût attendre longtemps. Il détestait l'hôpital et ses murs blancs, fades, son odeur d'aseptisé, comme pour mieux cacher le parfum de la maladie voir de la mort. Moins de temps il passerai dans ce bâtiment, mieux il se porterait. Il ne lui tardait qu'une seule chose : sortir de là. De plus, ce lieu austère lui rappelait son meilleur ami – enfin, ex meilleur ami – et cela n'avait rien pour lui plaire. Comment Mads pouvait-il passer la plupart de son temps dans cet endroit ? Depuis la fameuse nuit, il se demandait comment ils avaient pu en arriver, surtout qu'il croyait Hawley heureux avec Abi. Les images de cette soirée ne cessaient de tourner dans sa tête et pourtant, il occupait toute son énergie à essayer de les chasser, en vain. Ils avaient tout pour être heureux et avaient tout gâcher en quelques heures. Certes, l'alcool les avait aidé mais ne rendait pas la chose plus excusable. Ils étaient tous les deux coupables mais Nicolas en voulait à Mads de ne pas l'avoir empêché de commettre l'irréparable, surtout qu'il ne le croyait pas du tout attiré par les hommes. Il pensait fêter une dernière fois les ultimes moments de liberté de son pote d'enfance mais cela avait viré au cauchemar. Depuis, Mads l'avait appelé des dizaines de fois, lui avait laissé des messages sur sa boîte vocale et envoyé de nombreux SMS mais Klaas avait pris soin de les supprimer sans même les lire. Il savait que si Rafael venait à tomber dessus, il ne lui adresserait plus la parole pendant des mois, la jalousie de son compagnon étant l'un de ses pires défauts. Puis, il ne voulait plus lui parler ni même encore avoir affaire à lui jusqu'à nouvel ordre.
Alors, il fut très surpris quand il vit Mads entrer dans la pièce. Il le regarda fermer la porte derrière lui, fermer le piège qu'il lui avait tendu. Il fallut peu de temps au lieutenant de police pour comprendre qu'il avait été berné par le chirurgien. Il sentit la colère s'emparer de lui, son corps se tendre avec l'énervement qui le traversait à présent. Il serra les poings, furieux. Le policier avait envie de le frapper mais n'en fit rien, se contenant comme il pouvait. Klaas l'écouta prononcer des excuses qui pour lui n'en étaient pas et se retint de lui en mettre une quand il l'entendit prononcer son prénom en entier, chose qu'il détestait particulièrement, avant de répondre d'un ton tranchant : « Je crois qu'on a plus rien à se dire Mads. Je croyais que tu comprendrais le message. » Klaas leva les yeux ciel. Visiblement, l'information n'était pas passée, ou son ancien meilleur ami avait fait semblant de ne pas entendre. « Je ne veux plus te voir. Je veux que tu sortes de ma vie et que tu ne reviennes plus jamais. » dit-il d'un ton acerbe. Le flic se rapprocha de Mads et de la porte et lui ordonna et le regardant droit dans les yeux : « Laisse-moi passer. » Mads resta planté là sans bouger, rendant le flic encore plus furieux qu'il ne l'était déjà. Que cherchait-il à la fin ?! Le médecin commençait à vraiment lui taper sur le système et s'il voulait qu'il disparaisse de son existence, il ne voulait pas le blesser. Pourtant, ce n'était pas l'envie de le frapper pour lui remettre les idées en place qui lui manquait à ce moment-là. Klaas, c'était son défaut, quand il ne trouvait plus les mots, il ne pouvait s'empêcher de cogner, son côté bourru et sauvage reprenant le dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: are we just strangers in the dark ? / ft. Klaas   

Revenir en haut Aller en bas
 
are we just strangers in the dark ? / ft. Klaas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Chronique] Lonewolf "The Dark Crusade"
» [News] Le clip Dark Side Of The Sun sort le 24 Juin.
» NIGHTWISH - Dark Passion Play
» Virgin Prunes (Dark Cabaret - Irlande)
» Reutoff (dark indus - Russie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I'M SO WEST COAST :: ( ALL I SEE IS DOLLARS SIGNS ) :: THIS IS SO LAST YEAR :: RP-
Sauter vers: