AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 throw on your dress and put on your doll faces ( r o x i e )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: throw on your dress and put on your doll faces ( r o x i e )   Mer 29 Juin - 14:40



everyone thinks that we're perfect.
please don't let them look through the curtains.

La soirée de la veille s'était prolongée jusqu'à très tard dans la nuit et Ronan était rentré alors que le soleil ne tarderait plus trop à percer dans le ciel. Cela avait été une excellente soirée couronnée de succès. Tout s'était bien passé, comme chaque fois qu'il était aux commandes. Tout avait roulé et il suffisamment d'argent avait été amassé pour que tout le monde y trouve son compte. Il était resté jusqu'à la fin et était rentré d'une démarche satisfaite bien que lourde de fatigue. Il n'était alors pas saoul, juste un peu imbibé d'alcool, mais rien de grave, rien dont il ne se trouve pas avoir l'habitude. Sortir ainsi depuis son adolescence avait eut le mérite (mérite des plus contestables, notamment aux yeux de ses parents) de lui forger une résistance à l'alcool franchement incroyable. Il fallait vraiment y aller pour qu'il se trouve mal et lorsqu'il était aux commandes, il se montrait professionnel et n'abusait jamais de sorte à toujours garder un contrôle permanent sur sa propre personne. Il aurait aimé que ses parents daignent venir ne serait ce qu'une fois l'observer pendant ce genre de soirées pour constater que, quand bien même ce n'était pas ce qu'ils lui souhaitaient pour son avenir, il demeurait d'un sérieux et d'une assiduité irréprochables dans le cadre de son boulot, boulot qu'il faisait très bien, ou du moins son patron était très satisfait de lui et c'était là tout ce qui comptait vraiment. Mais voilà, ses parents ne voyaient pas les choses de cette façon et ils étaient si butés que Ronan désespérait un jour de les faire changer d'avis sur ce point. Ca semblait carrément impossible à vrai dire. Enfin bref, toujours est-il qu'il n'avait pas perdu de temps en rentrant à son appartement pour se mettre au lit. Il avait alors la ferme intention de profiter à fond de ce qu'il restait de sa nuit, cette dernière étant déjà suffisamment entamée comme cela. Il n'avait pas pris le temps de se prendre une douche et s'était tout bêtement effondré sur son lit après avoir viré son pantalon et ses chaussures, les fenêtres et volets grands ouverts, tout en se réjouissant que ses parents ne soient pas là pour voir ça. Il aurait eut beaucoup de mal à les convaincre qu'il avait eut une soirée de boulot très chargée et productive s'ils l'avaient vu ainsi jeté en travers de son lit, à moitié dévêtu et portant sur lui une odeur consistant en un mélange peu ragoutant de sueur, d'eau de toilette et d'alcool. Après cela, il avait dormi durant quelques heures d'un sommeil lourd et paisible. Environ deux heures après qu'il se soit couché, le soleil entrait à flot par les fenêtres ouvertes, répandant une lueur chaude et dorée dans la chambre mal rangée et il n'en fut pas le moins du monde arraché à son sommeil, témoignant ainsi qu'il avait tout de même un peu trop abusé de la boisson la veille. En temps normal, il était absolument incapable de dormir si bien et si profondément dans une pièce aussi lumineuse et pourtant là, le soleil caressant sa peau ne lui arracha pas un seul petit grognement. Il se sentait vidé de toute énergie et foncièrement désireux de recharger un peu ses batteries. Il était allongé sur ses couvertures, roupillant paisiblement, sourd aux bruits de la ville et aux habitants de cette dernière pour la plupart réveillés depuis un petit moment déjà. Il n'avait jamais l'air plus doux et enfantin que lorsqu'il était ainsi assoupit, comme si, alors qu'il s'égarait dans les bras de Morphée, tous ses problèmes s'évaporaient dans les airs. Manque de chance, doux, il n'allait guère le rester longtemps. Il dormait si profondément qu'il n'entendit pas la porte d'entrée s'ouvrir avec le bruit caractéristique d'une clé qu'on enfonce dans la serrure pas plus que les bruits de pas qui suivirent alors que quelqu'un se frayait un chemin jusqu'à sa chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: throw on your dress and put on your doll faces ( r o x i e )   Jeu 30 Juin - 14:03


L'appel bascula directement sur messagerie. Son insupportable voix de jeune premier se mit à claironner les mots qu'elle avait bien trop souvent entendu, lui intimant de laisser un message après le beep. Elle avait raccroché depuis belle lurette. Plus de batterie, ou il la filtrait. Deux options entièrement possibles, qui ne seraient ni l'une ni l'autre une nouveauté. Faisant claquer sa langue d'un t-t-t irrité, Roxie laissa tomber son portable dans sa pochette Balenciaga. Très bien. Aux grands maux les grands remèdes. Faisant d'abord claquer la porte derrière elle, ensuite ses talons sur les dalles du couloir,  elle atteignit l'ascenseur. Normalement, pour deux misérables étages (car bien sûr, Môssieur devait habiter le penthouse. Alors qu'elle, elle était bloquée au dixième. Dans le genre complexe de supériorité, emménager pile six mètres au dessus de sa tête), elle aurait pris les escaliers. C'était excellent pour conserver le fessier ferme, surtout en talons. Aujourd'hui, elle devrait faire l'impasse sur le workout impromptu, en raison de l'étroitesse de sa robe qui ôtait toute efficacité à ses mouvements. Elle avait passé suffisamment de temps à jouer les Jackie Kennedy auprès de ses plus ou moins beaux-parents. Maintenant qu'elle avait été acceptée (presque) sans réserve dans le clan Lindgard, elle commençait à réinjecter un peu de Roxie Mayfair dans son attitude autour d'eux. Elle prenait la température. Plaçait au détour des conversations des remarques un tantinet plus libérales. Souriait un peu moins souvent mais avec plus d'acuité. Portait des jupes un rien plus courtes, un rien plus révélatrices. Tâtait le terrain. Elle comptait bien en faire l'expérience à ce brunch pour lequel, selon toute probabilité, ils seraient en retard. A cause de lui. Roxie, vingt secondes plus tard, deux étages plus haut, arrivée devant la porte, soupira en pêchant son double de clé dans son sac. Elle faisait plus d'efforts que lui pour plaire à ses parents. Et ça l'énervait. Même si, paradoxalement, elle avait fini par réaliser que c'était l'une des choses qu'elle préférait chez lui. L'appartement était plongé dans un épais silence qui donna une réponse claire à une question non-formulée. Juste, il lui semblait bien qu'il avait mentionné un événement sur lequel il bossait cette semaine, et la seule réaction de Roxie avait été d'arracher le regard d'un dossier étalé sur le comptoir de la cuisine. "Faut que je vienne ?" Ce à quoi il avait répondu en levant les yeux au ciel. "Je prends ça pour un non." Seule question qu'elle avait daigné poser à ce sujet, ayant pris la décision de limiter la communication entre Ronan et elle au strict minium. A ce qui concernait leur arrangement - et basta. Instinct de conservation. Moins saurait-elle sur Ronan, et mieux elle se porterait. Arrivée au bout du couloir, elle ouvrit en grand la porte de cette chambre étrangère dans laquelle la mascarade voulait qu'elle passe la plupart de ses nuits.  La première étape standard aurait été de marcher jusqu'à la fenêtre et ouvrir les rideaux, laissant la lumière faire son office, mais cette fois, le job était inutile. Et malgré cela, la créature pieutait. Il avait l'air paisible. Elle aurait presque pu se sentir coupable de l'éveiller. Presque. "Debout !" lança-t-elle très haut, accompagnant son ordre d'un claquement de mains. "On brunche avec tes parents dans trois quarts d'heure alors active-toi." Moitié pour suivre ses propres conseils, moitié pour échapper à la vision d'un Ronan bien trop peu habillé pour qu'elle sache parfaitement se concentrer sur sa tâche, Roxie s'engouffra dans le dressing attenant et se mit à inspecter sa collection de chemises. Chacun de ses pas résonnait en un claquement aigu sur le parquet ciré, et elle savait que ça l'exaspérerait. Tant mieux. Retournant dans la chambre, elle jeta deux cintres sur le lit. "Ça devrait faire l'affaire." Se plantant devant le lit, elle croisa les bras. Haussa un sourcil. "Ça va aller pour prendre une douche ou t'as besoin de mon aide ?"


Dernière édition par Roxie Mayfair le Jeu 30 Juin - 17:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: throw on your dress and put on your doll faces ( r o x i e )   Jeu 30 Juin - 15:08



everyone thinks that we're perfect.
please don't let them look through the curtains.

Ronan s’entêtait à ne pas trop penser à ses parents dans la mesure du possible. Une simple allusion à ces derniers avait depuis quelques temps tendance à le mettre de mauvaise humeur à une vitesse prodigieuse. Il leur en voulait énormément de lui prendre ainsi la tête tout en faisant le passer pour un gamin dévergondé et irresponsable ne pensant qu’à s’amuser dans la vie. Pour eux, il ne deviendrait un adulte qu’en faisant exactement ce qu’ils attendaient de lui à savoir filer droit et plus vite que ça en passant ses journées avec son père de sorte à ce que celui-ci le forme à « son futur métier ». La simple idée de passer quelques heures en tête à tête avec son père avec une pile de dossiers entre eux lui filait sérieusement la nausée, alors toute une journée… Il avait eut un vague aperçu de ce supplice quelques jours plus tôt alors qu’il avait décidé dans un élan de bonne volonté de se laisser aller à une improvisation théâtrale en se pointant au cabinet d’avocats familial en pleine journée pour saluer Roxie, ou du moins feindre de le faire. Il s’était fait beau et avait débarqué avec quelques fleurs dans une superbe interprétation de l’adorable fiancé qui vient surprendre sa chérie au boulot histoire d’égayer un peu sa journée. Au final, cela s’était retourné contre lui car après avoir embrassé et tendu le bouquet à Roxie sous le regard approbateur de son père, ce dernier l’avait intercepté avant qu’il n’ai eut le temps de s’esquiver. Il avait passé le reste de son après-midi dans le bureau de son paternel à l’écouter blablater sur son métier tout en feignant de ne pas remarquer la pointe d’ennui perceptible dans les yeux de son fils unique en dépit des efforts de ce dernier pour la dissimuler. Ca lui avait donné un aperçu du cauchemar dans lequel son père tenait tant à l’attirer et il était presque sorti du cabinet en courant quand quelqu’un avait débarqué dans le bureau, lui offrant une occasion parfaite pour s’esquiver. Depuis, il ne s’était plus pointé au boulot de son père sans avoir une excuse en béton pour repartir une fois sa petite visite de courtoisie achevée. Ronan savait pertinemment qu’il ne pourrait pas agir ainsi indéfiniment. La patience de ses parents était à vif et s’il parvenait tant bien que mal à gagner du temps, la situation allait forcément finir par devenir bancale aux yeux de ses géniteurs. Il se plongeait dans son boulot, dans l’organisation de ses soirées, pour passer outre tout ça, mais naturellement, son bordel familial finissait toujours par lui revenir en pleine figure telle une gifle que la vie s’éclatait à lui donner avec une joie mauvaise. « Debout ! » En ouvrant les yeux avec un grognement, Ronan formula la pensée que, les trois quarts du temps, la gifle en question avait la voix stridente de Roxie Mayfair. « Dégages » pesta-t'il d'une voix pâteuse en refermant les yeux. Le soleil le brulait. Pourquoi la pièce était si lumineuse, bordel ? « On brunche avec tes parents dans trois quarts d'heure alors active-toi. » Cette pensée lui arracha soupire et grimace. Il avait totalement zappé cette histoire. Il avait mal à la tête, une envie furieuse de se r'endormir et une haleine à décoller le papier peint de la pièce et il allait passer les prochaines heures avec ses parents à devoir leur faire la conversation tout en feignant d'être fou amoureux de l'ennuyeuse brune qu'il crevait d'envie d'étrangler là, tout de suite. Incapable de masquer tant sa fatigue que son mécontentement, il se redressa difficilement en position assise sur son lit tout en se frottant les yeux d'une main. Quand il laissa retomber sa main sur les draps, Roxie, toute habillée et prête pour partir, revenait de son dressing et jeta à côté de lui des vêtements piochés dans sa penderie. « Ça devrait faire l'affaire. » A la place de se préoccuper des vêtements en eux-même, Ronan songea  qu'il aurait adoré faire une boule de la chemise et la lui balancer à la tête dans l'espoir que ça la fasse taire, ne serait-ce qu'un instant, mais il s'abstenu. « Ça va aller pour prendre une douche ou t'as besoin de mon aide ? » Il la dévisageait d'un air mi endormi mi blasé. « Non merci, maman » lui rétorqua-t'il en prononçant le dernier mot comme une insulte. C'était parfaitement approprié : Roxie venait de délivrer une excellente imitation de madame Lindgard en lui sélectionnant ses vêtements comme à un gosse de huit ans avant de sous entendre qu'il était trop en vrac pour faire quoi que ce soit. Tu m'étonnes que ma mère l'adore, elles sont aussi chiantes l'une que l'autre. Songea-t'il avec amertume en se levant et en s'apprêtant à passer à côté de Roxie sans un mot de plus. Sa sortie fut un peu gâchée par le fait qu'il se pris les pieds dans le tapis et manqua de peu de s'étaler de tout son long sur le sol en se rattrapant à sa commode. Excellent, elle n'a même pas à t'enfoncer, tu le fais à merveille tout seul songea-t'il. Il sentit le regard de Roxie braqué sur lui, mais ne releva pas et il ne lui laissa pas le temps d'en faire de même. Il attrapa les vêtements d'un geste irrité et quitta la pièce pour rejoindre la salle de bain se trouvant juste en face. Sans la fermer entièrement il poussa la porte de la salle de bain et commença à virer ses vêtements de la veille ou du moins ce qu'il en restait pour se glisser ensuite sous la douche tout en espérant qu'une bonne douche suffirait à lui sortir un peu la tête du derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: throw on your dress and put on your doll faces ( r o x i e )   Jeu 30 Juin - 18:14


Et c'était ça, son grand amour. La belle relation qui enchantait ses parents, envers qui elle n'avait pas eu le courage d'avouer l'arnaque. Ils se réjouissaient de l'arrivée d'un si charmant jeune homme dans la photo de famille, comme si ça allait pouvoir lever la malédiction, réparer la tragique expérience sentimentale de Lewis et de ses fiançailles avortées. Puisque Roxie n'avait pas pu garder longtemps les rumeurs de son couple éloignées de ses parents, c'est Ronan qu'elle avait maintenu loin d'eux. Si elle était présente à tous les évènements du côté Lindgard auquel le rejeton n'avait pas su échapper, elle trouvait toujours une excuse béton pour expliquer l'absence de Ronan du côté de chez elle. La dernière chose dont elle avait besoin, c'était que sa mère tombe en pâmoison de son futur gendre. Ainsi, lorsqu'il serait temps de mettre un terme à leur marché – plus tôt que tard, au rythme auquel les difficultés arrivaient – les dommages collatéraux seraient limités. C'était ça, sa relation. "Dégage" en guise de salutations. Pas qu'elle ait été plus civile que lui. Pas qu'elle se soit attendue à quoi que ce soit d'autre. Pas qu'elle aurait voulu y changer quoi que ce soit, non plus. Elle répondait tellement mieux aux insultes qu'aux mots doux. Et si prétendre être amoureuse de Ronan Lindgard était loin d'être une promenade de santé, au moins, elle pouvait profiter de moments comme ceux-ci. L'observer pousser un grognement, lutter contre la fatigue, chaque mouvement paraissant douloureux - ça avait le mérite d'être divertissant. Ça réchauffait le cœur. Réconfort qui lui éclata au visage dans la seconde qui suivit. "Non merci, maman." Son inspiration se bloqua au niveau des lèvres dans un sifflement aigu. Et franchement, si la chose ne lui avait pas coûté la moitié d'un loyer, elle lui aurait probablement lancé sa pochette au visage. Fucking asshole. Il ne pouvait pas savoir, dut-elle se rappeler. Il n'avait aucun moyen de savoir. Elle conservait ses secrets mieux que le paternel conservait ses Grands Crus. Et pourtant, de toutes les invectives dont il aurait pu l'affubler, il avait choisi la seule qui faisait mal. Bras toujours croisés, Roxie tourna la tête pour observer par la fenêtre ouverte la vue magistrale qu'exposait l'arrogant penthouse. Ne lui offrant rien d'autre que son profil froid, statue de cire. Son regard convergea naturellement vers lui lorsqu'elle l'entendit se trébucher dans son trajet vers la salle de bain, et elle ne put réprimer une légère moue victorieuse. Paie ton karma. Alors qu'elle vit son dos disparaître dans l'embrasure de la porte, elle jeta un coup d'œil aux alentours, sachant qu'elle n'allait pas pouvoir rester idiotement plantée là. Habituée à rentabiliser la moindre seconde de sa journée, Roxie se dirigea naturellement vers la cuisine et s'occupa à la tâche de lui faire couler une tasse de café. Il allait en avoir drastiquement besoin et la peur qu'il prenne cela pour un acte de gentillesse de sa part, ou pire, un drapeau blanc, était moins puissante que l'angoisse de ne devoir compter que sur elle-même pour alimenter la discussion avec la famille Lindgard. Elle fut surprise de l'automatisme avec lequel elle sortit une tasse de l'armoire adéquate, la facilité avec laquelle elle dénicha les capsules Nespresso. Elle ne s'était même pas aperçue qu'elle avait fini par s'habituer à son appartement, si pas tout à fait à lui. Tasse et soucoupe au bout des doigts, Roxie retourna sur ses pas en un clac clac acéré d'escarpins contre le carrelage. Elle connaissait le locataire du onzième, et ce connard méritait amplement d'être tiré du sommeil avec la même délicatesse dont elle avait usé pour réveiller Ronan. Le doux bruissement de la douche était audible depuis le couloir et n'ayant rien de mieux à faire tandis qu'elle l'attendait, Rox s'appuya au chambranle de la porte légèrement entrouverte. Espérant que l'arôme du café atteindrait ses narines et le ferait sortir de la pièce de meilleure humeur qu'il n'y était entré. "Le cabinet a signé un gros contrat, la fusion de deux compagnies majeures de prêt-à-porter," lança-t-elle à la cantonade d'un ton désintéressé. "Ça pourrait être pas mal de le féliciter, si t'en as l'occasion. Tu sais, faire semblant que t'en as quelque chose à faire de savoir d'où sort ton trust fund." Car après tout, c'était devenu ça aussi, son rôle. Faire le lien. L'absurdité de la chose, son implication dans cette famille que, selon toute logique, elle aurait dû haïr, avait désormais cessé de la gêner. Ne percevant aucune réponse, Rox songea que sa voix avait peut-être été noyée sous le clapotis des gouttes. Tournant la tête dans le but de glisser dans l'entrebâillement quelque gentillesse du style "reçu, Lindgard ?", les yeux de Roxie glissèrent malencontreusement à l'intérieur. Aperçurent une infime ligne de peau à travers la paroi en verre de la douche. Elle détourna précipitamment le regard, colonne vertébrale plaquée au chambranle, secouant la tête. C'est bien la première fois que tu fais la vierge effarouchée, Mayfair. Comme souvent, pour masquer l'embarras, l'agacement fut la première option à se présenter. "Mais fais ce que tu veux de l'info. Whatever." Simuler l'indifférence était tellement plus facile que de s'avouer qu'elle commençait dangereusement à prendre son rôle à cœur. Caractéristiquement elle, et un trait qui les avait toujours séparés. Son besoin d'exceller partout. Apparemment, même dans les mensonges.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: throw on your dress and put on your doll faces ( r o x i e )   Jeu 30 Juin - 22:36



everyone thinks that we're perfect.
please don't let them look through the curtains.

Ronan se glissa dans sa cabine de douche avec une sensation de soulagement qu’il savait comme allant être particulièrement éphémère. Lui qui aurait put dormir toute la journée ou presque après la nuit particulièrement chargée qu’il avait passé n’allait guère avoir beaucoup de répits dans cette journée. Ce moment, cette douche, allait être l’un des rares où il allait avoir tout le loisir d’être un peu seul et au calme avant plusieurs longues heures. Rien que d’y penser, il avait juste envie de s’éterniser inlassablement sous le jet d’eau, mais il savait qu’il n’en avait guère le luxe. Son temps était limité et il n’y avait rien à faire à ce niveau. Comme souvent ces derniers temps, il ne pouvait que prendre sur lui. Penser à l’argent. Penser à tout ce qu’il avait à gagner à jouer un peu cette comédie. C’était ce qu’il répétait alors qu’il prenait une bonne douche trop rapide à son goût pour se débarrasser des odeurs de la soirée et se réveiller un peu. Le contact de sa peau le sortit un peu plus de sa léthargie, quand bien même son regard continuait à demeurer légèrement éteins. Il ne suintait vraiment pas l’enthousiasme et quiconque posant les yeux sur lui, même un inconnu ne le connaissant ni d’Eve ni d’Adam, aurait aisément put deviner qu’il ne souhaite qu’une chose à savoir retrouver son lit et plus vite que cela. Il oublia un peu Roxie, enfin dans la mesure du possible et fronça les sourcils lorsque sa voix lui parvint légèrement déformée sous le bruit du jet d’eau avec lequel il était en train de se rincer. Il l’entendait à moitié, sa voix se retrouvant brouillée par les jets de la douche. Il aurait sans doute apprécier (sans forcément le relever) son conseil si seulement il avait put l’entendre. Il acheva de se rincer et coupa le jet pour l’entendre reprendre la parole. « Mais fais ce que tu veux de l'info. Whatever. » Elle avait l'air agacé ce qui n'avait rien de franchement rare en sa présence bien qu'il ne put exactement déceler la raison de tout cela. Il n'avait rien fait de susceptible de l'exaspérer depuis qu'il avait quitté sa chambre d'une démarche un peu traînante quelques minutes plus tôt, mais il ne releva pas, décidant que tant qu'ils n'avaient pas trop à se faire la conversation autant se taire. De façon générale, Ronan estimait que moins ils se parlaient mieux ils se sentaient l'un comme l'autre. S'il pouvait éviter de lui adresser la parole et de jeter par la même occasion des braises sur le feu, il s'en abstenait très volontiers d'autant plus ou cet instant où son désir de garder la bouche fermée n'avait strictement rien de personnel. Soit, Roxie n'était décemment pas bien placée dans le top de ses interlocutrices préférées, mais de façon générale, il n'avait envie de parler à personne en cet instant. Il se trouvait être d'une humeur bougonne, irritable, comme c'était toujours le cas lorsqu'il se faisait réveiller par quelqu'un après une nuit de sommeil jugée trop courte et il était préférable pour tout le monde qu'il ne soit pas trop amené à ouvrir la bouche tant qu'il n'y était pas forcé. Ses parents allaient suffisamment le faire parler de tout et de rien comme ça, alors autant s'économiser un peu le temps qu'il émerge davantage. « Je me prépare et j'arrive, ça devrait pas être long » lança-t'il depuis la salle de bain légèrement entrouverte, uniquement vêtu d'une serviette en coton blanche dans laquelle il s'était enroulé à la sortie de la douche et sur ce, il se prépara rapidement, s'hydratant et s'habillant dans un premier temps avant d'émerger quelques instants plus tard, en cours de préparation. Il quitta la petite salle de bain de son appartement, une main blottie sous sa tête, comme pour la soutenir. Il avait l'impression qu'elle pesait une tonne. Bon sang ce que ce brunch allait être long... Vêtu d'un pantalon noir tout simple et d'une chemise de couleur pastel, il rejoignit la cuisine en passant une main dans sa chevelure légèrement humide et qu'il allait s'essayer à dompter quelques instants plus tard. Pour l'heure, avant d'avancer davantage dans cette journée s'annonçant pour lui particulièrement périlleuse, il avait besoin d'un remontant, quelque chose d'à même à lui rendre les moments qui allaient suivre plus supportables. Ou du moins quelque chose qui l'empêche de s'endormir comme une masse pendant le brunch soigneusement organisé par ses parents. Il pouvait aisément s'imaginer leurs expressions choquées à tous les deux s'il venait à s'assoupir. Ils le vivraient comme un véritable affront de sa part. Non, valait mieux éviter, d'autant plus s'il pouvait s'épargner ce genre de problèmes avec un petit breuvage magique. Le café. Il s'apprêtait à s'en préparer machinalement un comme il le faisait tous les matins depuis des années et fut légèrement surpris d'en trouver un tout prêt. Il ne lui fallait guère être pourvu d'un grand esprit de déduction pour comprendre qui s'en était chargé. « Merci pour le café » dit-il dans un bref élan de sympathie. Il se hissa sur un tabouret et en descendit tranquillement quelques longues gorgées, s'autorisant à prendre un peu son temps pour le savourer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: throw on your dress and put on your doll faces ( r o x i e )   Ven 1 Juil - 9:04



if you had told me five years ago that i would be dating you, i would have said 'oh, is everyone else on the planet dead?'.


Fidèle à ses habitudes, Roxie pensait rationnel. Loin d'être un exemple de pudeur, elle avait dit au revoir à toute pruderie en même temps qu'à ses dents de lait. Pourtant, elle avait une conscience aigue de la présence de Ronan, qui ne se manifestait que lorsqu'ils étaient seuls. Elle n'avait aucune difficulté à se glisser dans le mensonge, à enfiler son rôle comme on remonte une fermeture éclair. A vrai dire, elle commençait presque à apprécier leur pièce de théâtre, d'un point de vue purement anthropologique. Ecouter avec une attention toute religieuse les grandes tirades du père Lindgard, complimenter la progéniture auprès de sa mère, accepter le faux flirt de Ronan et les compliments creux en rejetant la tête en arrière, sourire aux lèvres. Ça avait son attrait – microcosme fascinant auquel elle n'aurait jamais eu accès en usant de moyens plus conventionnels. Accompagnant cette certitude, il y en avait une autre, qui l'avait percutée une nuit, à la lisière du sommeil et lui avait fait ouvrir grand les paupières dans la pénombre. Elle était jeune, certes. Elle avait la vie devant elle, and all that jazz. Mais il n'était pas totalement improbable que ça, cette escroquerie entre Ronan et elle, ce point-de-croix de faux sourires et vraies insultes soit ce qu'elle expérimenterait de plus proche d'une vie de couple. Pas qu'elle ait peur de ne jamais trouver un homme à pendre à son bras, simplement qu'elle avait toujours préféré voyager léger. Doutant fortement de la probabilité qu'il existe sur terre un homme correspondant à sa liste de quatre-vingt critères et doté en prime du pouvoir de la garder intéressée, elle avait bien dû se faire à l'idée. Jusqu'ici, tout du moins, Ronan s'avérait être l'homme de sa vie. Cette pensée suffirait à faire monter des sueurs froides le long de n'importe quelle colonne vertébrale. Roxie pensait rationnel et voyait donc la logique dans son système nerveux à fleur de peau, dans son mépris confus. Même les plus grands acteurs se sont déjà fait bouffer par leur rôle, et bien que le boulot d'avocat impliquait son lot de répliques scriptées, Roxie n'était pas une professionnelle de la comédie. Les souffles courts et regards à la dérobée n'étaient que le symptôme normal d'un changement de la routine. Ça finirait par lui passer. Cela faisait un mois qu'elle se répétait que ça finirait par lui passer. Retournée dans la cuisine, désormais confiante en le fait que non, Ronan n'allait pas s'écraser sur son matelas et reprendre sa nuit là où il l'avait laissée, Rox se mit à scroller la liste de contacts sur son téléphone. Elle connaissait la cure universelle, et si ce n'était pas un massage d'une heure trente au spa de Bayview Valley, c'était un rencard impromptu avec n'importe qui d'autre. N'importe qui de réel. Elle ne leva pas même les yeux de l'écran lorsqu'il entra dans la cuisine à son tour, mais sa vision périphérique lui indiqua qu'il était occupé à remettre ses cheveux en place, ou à désorganiser davantage sa chevelure, tout dépendait de son humeur du jour. Elle ne chercha pas non plus à inspecter la tenue pour constater la réussite de son ensemble. Elle connaissait déjà la réponse. "Merci pour le café." Ça, ça lui fit lever les yeux. Aucun sarcasme. Ton sans équivoque, neutre. Amical ? Elle fut prise d'une très nette envie de lever les bras au ciel. "Grosse surprise, je ne suis pas un monstre dépourvu de compassion !" mais cela ne rentrait pas dans leurs schémas habituels, à l'inverse du "Pour masquer l'haleine", qu'elle grommela de mauvaise foi. Il devait entendre que le cœur n'y était pas. Qu'elle était trop peu habituée aux mercis pour y répondre par un standard et poli pas de quoi. Elle était déjà retournée à son téléphone, occupée à y pianoter, dos au plan de travail. "J'ai demandé à ma soeur de me sonner dans une heure et demie. Prétexter une urgence. Comme ça on fait acte de présence, mais on s'éclipse tôt." A l'évidence, Ronan songeait déjà à retrouver son lit et moins devraient-ils accrocher leurs faux sourires à leurs pommettes, aujourd'hui, mieux cela serait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: throw on your dress and put on your doll faces ( r o x i e )   

Revenir en haut Aller en bas
 
throw on your dress and put on your doll faces ( r o x i e )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» dress code 9 - Reservoir Dogs [21-10-2006]
» Dress To KILL mag Spring 2012 Jared Leto
» [Dress code officiel] WHITE NIGHT @ Paris le 12 Novembre
» Dress Code Officiel : NEON NIGHT !
» carmen throw down

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I'M SO WEST COAST :: ( ALL I SEE IS DOLLARS SIGNS ) :: THIS IS SO LAST YEAR :: RP-
Sauter vers: